• 52

    52

     

     

    Chères amies lectrices, chers amis lecteurs,

     52

    comme chaque année, c'est sous les palmiers de la Maison Ste Marthe au Bouveret que je passe mes traditionnelles vacances de requinquement. J'espère que toi aussi tu as trouvé un coin bien sympathique pour passer les tiennes, je te les souhaite bien reposantes et agréables.

    Mille fois merci pour ton généreux geste de soutien, sans toi mon aventure n'aurait jamais pu se réaliser, merci !

    Petite devinette : Que demande un douanier à un cochon qui passe la frontière? Solution page 13.

    Bien amicalement                                                          52 

     

     

    _____________________________________________________________________________________________

     

     

       52Revue de presse insolite 

    52

     

     

    Publié le 12 janvier 2014  

     

    Dimanche «sans pantalon» dans le métro.

    Des voyageurs à Sydney, Hong Kong, Pékin et New Delhi ont donné dimanche le coup d'envoi de la 13e journée mondiale «sans pantalon», une manifestation loufoque lancée à New York en 2002.52

    Une soixantaine de grandes villes doivent participer à l'événement «No Pants Subway Ride» destiné à apporter un «grain de folie» dans le quotidien des citadins.

    Conditions: «Être prêt à prendre le métro sans pantalon et être capable de garder un air sérieux en le faisant», écrivent les organisateurs parisiens sur leur page Facebook.

    Costumes et uniformes, mais aussi vélos, sacs et attachés-cases sont privilégiés pour amplifier le décalage et mettre en valeur la partie du corps située sous la ceinture.

    Les participants ne doivent sous aucun prétexte se parler, invités au contraire à vaquer à leurs occupations habituelles (lecture, couture, etc.).

    «Dès que les portes se ferment à l'arrêt avant le vôtre, enlevez votre pantalon (...). Si quelqu'un vous demande pourquoi vous avez retiré votre pantalon, dites-lui qu'il vous gênait ou que vous aviez trop chaud», recommandent les organisateurs.

    52À Sydney, en plein été austral, un petit groupe a enlevé le bas avant de s'aventurer dans le métro du centre-ville sous le regard circonspect de touristes dominicaux.

    D'autres adeptes ont exhibé leurs jambes à Melbourne, Adélaïde et Brisbane.

    À Pékin, ils n'étaient qu'une poignée à avoir osé sortir dans cet accoutrement. «Je veux montrer que les Chinois s'internationalisent», a expliqué Huang Li, 22 ans, en sous-vêtement bleu à pois. «Les gens disent que je suis folle».

    Quelques dizaines de personnes à Hong Kong, ont aussi pris le métro dans le (presque) plus simple appareil.

    Les créateurs de la manifestation: Improv Everywhere, tablent sur 4000 participants cette année à New York. 

    Une soixantaine de grandes villes doivent participer à l'événement “No Pants Subway Ride” destiné à apporter un "grain de folie" dans le quotidien des citadins.

    C'est sensé faire sourire, rien de plus.

     

    Cela doit effectivement être assez rigolo, surtout aux heures de pointe…

    ———————————————————-

     

    52

     

    28.01.2014

     

    Un couple suédois boit le café avec leur cambrioleur

    En Suède les gens sont encore bien sympas entre eux. Dans les Kvarnasen du nord suédois un52 couple boit le café avec le cambrioleur en attendant la police après l'avoir surpris à les cambrioler.
    Le couple a surpris le cambrioleur de 21 ans sur le fait alors qu'il s'apprêtait à les dévaliser. Parce qu'il avait l'air tellement frigorifié les victimes lui ont fait un café bien chaud et ils attendirent à trois l'arrivée de la police.
    Le jeune homme n'a opposé aucune résistance quand il avait été surpris dans son action nocturne. Il leur avait fait pitié a dit le couple au reporter du journal régional Västerbottens Folkblad

     

    Si il leur avait tellement fait pitié, pourquoi avoir appelé la police ?  

    ———————————————————-

    52

    52

    22.01.2014

     

    Le journaliste publie cette image de WC doubles sans séparation. Photo prise au centre olympique de biathlon à Sotchi. Le centre a coûté autour de 33 Millions d'Euro, une paroi de séparation n'était-elle donc pas prévue dans le budget? 

     

    Le commentaire ne dit pas si les toilettes sont mixtes 

     

     

     

    _____________________________________________________________________________________________

     

    52

     

    52

     

     

     

     

    Blancs de poulet sur lit de poireaux 

     

     

    Ingrédients pour 4 personnes 

     

    4 poireaux

    2 cuillères à soupe de séré maigre

    4 blancs de poulet

    2 cuillères à soupe de sauce soja

    1 bonne pincée de safran

    2 c.à.s. d'huile de noix ou de sésame

     1 filet de vinaigre de pommes

    (attention au vinaigre de vin, il contient beaucoup d'acides)

    Sel et poivre noir du moulin 

     

    52Fortifiant et dépuratif ! 52

     

     

    Conseils:   Sers avec un riz complet après une entrée faite d'une salade mêlée de saison avec une pomme rouge coupée en fines tranches. 

     

     

    _____________________________________________________________________________________________

     

    5252

     

     

     

     

    52Bouffées de chaleur de la ménopause 

    Je ne sais pas si tu connais cette méthode: Le "truc" pour stopper les bouffées de chaleur chez les femmes, est de manger, oui, manger, une feuille de sauge ( salvia officinalis). C' est immédiat ! Je l' ai testé personnellement et mon gynécologue, après sa surprise, le conseille maintenant aux autres femmes. 

    Astuce donnée sur internet par:  Carolina - San Pietro in Casale (BO) - Italie

     

    52Détartrage, éviers, thermos, lavabos, toilettes etc.

     

    Verser une cuillère à soupe de bicarbonate de soude dans le récipient à détartrer, ajouter un verre de vinaigre bon marché.

    Truc donné sur internet par: Mercedes, Ham-sur-Heure-Nalinnes , Belgique

      

    52L'oignon qui guérit

    L'oignon est, paraît-il, souverain sur les abcès et furoncles. Écrase un oignon cuit au four, laisse-le un peu refroidir, puis applique-le encore chaud sur l'abcès. Couvre  avec une compresse chaude. Soulage aussi en cas de sinusite. Pour la cavité buccale n'hésite pas à faire des bains de bouche. 

    Selon: tempsmarcel - 79300 Saint-Sauveur 

      

          _____________________________________________________________________________________________

     

     

     Souvenirs d’ailleurs

    Erwin Junker notés après mon hémorragie cérébrale 1989

     

    C’est la nuit, je suis dans mon lit, à la maison.

    J’ai besoin d’aller aux toilettes. Je me lève et vais aux WC, je veux retourner au lit… que se passe t-il? Je ne tiens plus debout, tout tourne, une armée de fourmis grimpe le long de ma jambe droite, le long du bras, elles arrivent à l’épaule, elles me tirent au sol,  je tombe, doucement… les fourmis atténuent ma chute. Qu’est-ce qu’il m’arrive? Relève-toi donc! Je n’y arrive pas, je ne sais plus comment on fait pour se relever… Ma jambe droite ne m’obéit plus, le bras droit non plus.

    Il ne faut pas que je reste ici, parterre, je dois retourner au lit, mais comment?

    Si Christiane me trouve au sol elle va se sentir mal. J’essaye de me traîner dans ma chambre, je m’agrippe à quelque chose, ça cède, ça fait du bruit…

    Voilà Christiane, elle dit quelque chose, elle tombe…

    Je dois rester éveillé sinon on est foutu…

    Quelqu’un me parle, me demande mon nom, ma date de naissance.

    Je suis couché, ça tangue, je suis attaché sur un lit, je vois des lumières qui défilent derrière les vitres, je suis dans une voiture, une ambulance…

    Est-ce qu’il y a la sirène qui fonctionne? Je me le demande, ou je le demande?

    On m’amène à l’hôpital!

     

    *   *   *

     

    Je suis léger, comme si je volais. mais oui, je plane..... je suis près du plafond, tout là-haut, sur la droite.....

    Je vois un lit sur un podium, il doit s’agir de quelqu’un d’important. ...Mais, c’est moi dans ce lit. je dresse le poing. J’entends des pleurs, "reste papa, on a encore besoin de toi". C’est la voix de ma fille Myriam. Où est-elle? Je la vois, légèrement en contre bas, debout à côté du lit, à ma droite. A gauche je vois Christiane, ma femme, comme elle est blanche.

     

    *   *   *

     

    Je suis seul, couché dans le lit.

    Pourquoi est-il si haut mon lit? Cela me donne le vertige. Non, je ne peux pas me lever,  je tomberai. Pourquoi ces dames en blanc passent continuellement devant mon podium? J’entends vaguement, comme le murmure d’une grande foule, quelques voix haut perchées se cristallisent, je ne comprends pas ce qu’elles disent, mais cela doit être très important!

    J’ai sommeil, je suis fatigué…

     

    *   *   *

     

    Je dois rêver, peut-être j’ai trop bu? Tout tangue…

    C’est Dominique, mon fils aîné, pourquoi a-t-il les yeux pleins de larmes?

    J’entends pleurer, j’essaye de voir qui c’est... pourquoi ce brouillard? C’est comme si on réglait l’objectif d’un projecteur, voilà c’est net. Serge, mon deuxième fils semble aussi avoir de la peine, c’est lui que j’entends pleurer.

    J’espère qu’il n’est rien arrivé à Christiane, où est-elle? Pourquoi n’est-elle pas là?

    Je ne veux pas dormir, je veux savoir… 

    J’ai sommeil. je....suis...fatigué… 

    *   *   *

    Pourquoi je me réveille toujours la nuit?

    La lumière est allumée.

    Je suis seul.

    Tout est blanc.

    Je dois être au sous-sol, peut-être à la morgue?

    Tout autour il y a des vitrines avec des stores à lamelles.

    Qu’est ce qui résonne si fort dans mon crâne?

    As t-on sommeil quand on est mort?

    J’ai sommeil…

     

    *   *   *

    Depuis quand ai-je deux bras droits?

    L’un d’eux est mort.

    Pourquoi on ne le jette pas?

    Il prend trop de place dans mon lit, je ne sais pas ou mettre mon vrai bras.

    J’essaie de jeter celui qui est en trop hors du lit.

    Je n’y parviens pas, personne ne m’aide.

     

    *   *   *

    Tiens, il fait jour, je ne suis plus au sous-sol.

    Quelqu’un me parle, je suis dans une chambre, il y a un deuxième lit, celui qui me parle est assis sur le bord de ce lit.

    Que dit-il? Quelle langue parle-t-il?  Qui est-ce?

    Une ombre blanche passe. Une infirmière,

    c’est donc cela, je suis à l’hôpital!

    Je ferme les yeux, il y a trop de soleil.

    Ne pas dormir, sinon ils vont me remettre au sous-sol…

    J’ai tellement sommeil…

     

    *   *   *     

     

    Il fait nuit, tout est noir…

    Je crois que je suis au lit, c’est vrai, je suis à l’hôpital.

    J’étouffe… je n’arrive pas à respirer… où est l’interrupteur? 

    Je veux allumer la lumière…

    Je lève le bras, je n’arrive pas à le tendre, je touche quelque chose... le plafond?

    Non, cela semble être en bois… je tâte à gauche… à droite… c’est la même chose. Je suis enfermé! Où?  Dans quoi? 

    Je frappe sur la planche au-dessus de mon visage, ça résonne, comme dans une grande salle. Dans ma tête il y a comme un écho, personne ne vient malgré ce boucan…

    J’étouffe...  je transpire… au secours!

    Personne… au secours ! ! !

    Le bouton de la sonnette… je suis sauvé!  J’appuie…

    Il fait chaud, la porte s’ouvre, la lumière…

    je ne suis plus enfermé…

    La garde de nuit. Sauvez-moi!

    Un docteur, on verra demain… 

    J’ai chaud, ouvrez la fenêtre, j’étouffe…

    Je suis fatigué… J’ai sommeil…

    Dormir…

     

    *   *   *  

     

    Le téléphone sonne, mon voisin de chambre me passe l’écouteur, il dit que l’on me demande.

    - Allo, Junker…

    - Hei, Schaffrian. Hélène…

    C’est le premier coup de fil depuis que je suis revenu!

    Pas facile de parler à quelqu'un que l’on ne voit pas, je ne trouve pas les mots, je veux faire saluer mes amis du Burgenland, je ne trouve pas les prénoms, je fais donc saluer "tout le monde".

    Je suis en nage, l’écouteur pèse une tonne, mais je suis heureux, je sais téléphoner.

    Cela fait du bien de savoir que là-bas, très loin, au pays des vacances, ils pensent à moi. Les reverrai-je un jour?

     

    Encore un appel téléphonique.

    Le patron. Il me dit de bien me soigner, de ne pas me faire de soucis, le plus important étant de guérir, tout le reste ne compte pas.

    Il viendra me dire bonjour dès qu’il trouvera un moment.

    C’est vrai, avant je travaillais… Il y a longtemps. c’est loin…

     

    *   *   *

     

    Quelle heure est-il? Le réveil sur la table de nuit me dit 5 heures.

    Debout, toilette, petit déjeuner, au boulot.

    Au bureau le répondeur téléphonique clignote, il y a donc eu des appels depuis huit heures hier soir. Aujourd’hui il y en a quatre, trois ont raccroché sans se nommer, un client me demande de le rappeler, je le ferai après huit heures. Parmi les appels anonymes il y a certainement le patron, il n’aime pas les répondeurs, il m’a toujours donné l’impression d’avoir horreur d’être enregistré.

    Comme chaque matin, je fais mes valises, plus de 30 kilos de catalogues et autres paperasses, j’entasse le tout dans la voiture et c’est le départ.

    Christiane dort encore, ciao, à ce soir.

    Mon premier rendez-vous est à 8h et demie, j’ai plus de 120 km à faire pour arriver chez lui.

    J’ai le téléphone dans la voiture, c’est bien pratique, ça fait gagner du temps et il paraît de l’argent... à qui?  Je peux donc liquider bien des choses tout en roulant. Souvent je me déplace de plus de cent kilomètres sans m’en rendre compte, un coup de fil après l’autre.

     

    A midi je dîne avec le client, je peux donc continuer à bosser sans perdre de temps… le temps c’est... etc.

     

     *   *   *

    14 heures, autre rendez-vous, autres problèmes, autres affaires, toujours à la course.

    Vers les 17 heures je quitte en général mon dernier client. Même parcours que le matin, mêmes coups de fil, souvent en faisant des enregistrements sur mon dictaphone, il ne faut rien oublier.

    J’arrive rarement avant 19 heures à la maison, je soupe et je vais au bureau pour une heure ou deux. Pendant mon absence le répondeur a fait son plein; réclamations, demandes de renseignements et de temps en temps une commande.

    La journée de 15 heures est devenue une habitude. Dire qu’il y en a qui se battent pour les huit heures…

    Dix heures du soir, au lit, je ne tiens plus ni debout, ni assis.

    Je m’endors comme une masse pour me réveiller à 5 heures le lendemain matin, le réveil n’a pas besoin de sonner, je dois être programmé.

     

    *  *  *

     

    Il fait jour, je suis à l’hôpital, toujours au lit.

    J’entends chanter les oiseaux, il doit être de très bonne heure le matin. J’essaie de lire l’heure sur le réveil que Christiane m’a apporté de la maison parce que je n'arrivais pas à lire l'heure sur ma montre bracelet, je n’y parviens pas non-plus… d’après les bruits c’est bientôt l’heure du "lever".

    "Bonjour, bien dormi"?

    C’est le petit déjeuner, café au lait, beurre, confiture, pain complet. Je n’arrive pas à faire mes tartines, ma main droite ne veut pas... La jeune fille souriante veut bien m’aider, dommage que cela ne soit pas elle tous les jours elle. Souvent c’est une autre, qui ne semble pas savoir sourire, qui me semble même méchante, peut-être que c’est moi qui suis méchant?

    Mon voisin de chambre est très sympathique, il peut se lever… difficilement, mais il peut. Il peut aller aux toilettes tout seul… moi ce sont les infirmières qui me lavent, je ne sais pas le faire… 

     

    *   *   *

     

    Je suis au travail, à Bâle. J’y suis bien installé, un bureau bien équipé avec un lit mural pour les jours où je ne rentre pas à la maison. Jours qui sont souvent plus nombreux que ceux que je peux passer avec les miens.

    Il faut travailler, arriver à quelque chose, arriver à assurer l’avenir de ma famille.

    Il est six heures du matin, l’unique moment de la journée où j’arrive à travailler sans être dérangé à tout moment par le téléphone. Ici il n’y a pas grand monde qui sait le français, ils profitent donc de me passer tous les appels de la Suisse romande.

    Le patron arrive, il apporte des croissants frais, je me fais un café.

    Il y a tellement de travaux de bureau à faire! Mon véritable travail consiste pourtant à visiter les clients, à les conseiller et naturellement à leur vendre un maximum de meubles. C’est ce travail que j’aime, mais si la paperasserie n’est pas faite correctement les affaires s’en ressentent. Un cercle vicieux!

     

    Pour mon patron tout ce boulot administratif est inutile, si un client lui demande à qui il faut s’adresser pour une réclamation il lui répond, sans rire: A ma grand-mère - ah oui, elle est où, à Bâle?  - oui, au cimetière!

    Ce n’est pas facile d’assumer. Si je travaille au bureau je me sens coupable de ne pas voyager et si je vais trouver les clients je me sens coupable de ne pas liquider les papiers qui s’entassent sur mon bureau!

     

    Je crois que c’est ce que l’on appelle le STRESS  !!!! 

     

    *  *  * 

     

     Le docteur m’a dit qu’aujourd’hui je peux me lever.

    J’ai la trouille!

    Une infirmière me bande les jambes, je m’assieds au bord du lit, on me met des chaussures.

    Elles se mettent à deux pour m’aider à me mettre debout, heureusement, car c’est vachement difficile avec ce plancher en pente... ces guiboles qui flanchent...  cette tête qui tourne.

    Finalement j’arrive à faire les trois pas qui me séparent de la chaise où je peux m’asseoir, soutenu par les infirmières.

    Ouf...  je suis fier de moi, je ne suis plus au lit!

    Mais intérieurement je suis catastrophé, je suis foutu, jamais je ne pourrai à nouveau marcher, je panique.

     

    Aidé par mes anges gardiens je retourne au lit, elles enlèvent les bandes et commencent à les enrouler, je demande à le faire moi-même, surprises, elles me laissent faire. Je dois enguirlander ma main droite pour qu’elle fasse les mouvements qui me permettent d’enrouler la bande. Finalement j’y arrive.

    Je suis fier de moi.

    Je ne suis pas tout à fait foutu! 

                

    *   *   *

     

    Je me lève, le jour commence à poindre, le plancher tangue, ma tête est pleine de tam-tams.

    Hier au soir nous avons soupé avec des clients, le patron m’a demandé de terminer la soirée avec eux dans une "boîte", lui-même est rentré, il était fatigué.

    De temps en temps c’est agréable de s’amuser un peu, mais lorsqu’on est fatigué c’est tout autre chose.

    Ah, une ou deux aspirines viendront bien à bout des bourdons dans mon crâne.

    C’est une journée de travail ordinaire. Un client sur deux est mécontent, il attend une réponse de Bâle, depuis plusieurs jours et on le fait lambiner, il n’a pas reçu la marchandise juste ou il ne l’a pas reçue du tout, etc. etc. etc… 

    J’essaye de résoudre tous ces problèmes au téléphone, entre deux dépassements, à 120 km à l’heure…

    Par moments la tête me tourne, pas étonnant, à force de retourner tout cela dans ma tête.

    Un coup de fil du patron: Il me demande pour combien j’ai vendu aujourd’hui, hier, et où je pense aller demain, etc.  etc.  etc. ...

    Il n’est pas content, je devrai vendre au moins dix fois plus si je n’étais pas un incapable.

    Si je ne vends pas assez je ne gagnerai pas suffisamment pour honorer toutes les échéances à la fin du mois.

    Il me faut donc travailler plus, vendre plus.

    Comment?  Comment? 

     

     *   *   *

     

    C’est l’heure des visites. Pour moi il n'y a encore personne. Plusieurs de mes clients sont venus me trouver depuis que je suis revenu, cela m'a fait beaucoup plaisir.

    Christiane m’a prévenu qu’aujourd’hui elle ne viendrait pas de bonne heure, elle doit aller... je ne sais plus où.

    Le temps passe, je somnole, je vois un accident de voiture. mais non, ce n’est pas Christiane… elle est prudente… J’entends des sirènes d’ambulances… non, c’est le signal qui invite les visites à quitter les malades, c’est l’heure.

    Toujours pas de Christiane, mon rêve serait-il prémonitoire?

    Je lutte contre l’angoisse… je transpire…

    La porte s’ouvre, la voilà! Il me semble que je me dégonfle, quel soulagement.

    Ne me fais jamais plus un coup pareil !

     

    *  *  *

     

    Déjà le 15 du mois, le chèque pour mon salaire et pour mes frais n’est toujours pas arrivé. C’est comme cela presque chaque mois, je dois faire "s’il te plaît" pour recevoir ce qui est pourtant mon dû. Il faut surtout que je sente que je ne suis pas indépendant, que j’ai quelqu’un en dessus de moi.

    Pour mon patron la famille de ses employés constitue un poids inutile aux pieds de ses collaborateurs, les femmes de ses employés semblent n’être que des chipies qui poussent leurs maris à demander des augmentations de salaire, les enfants des profiteurs qui obligent leur père à dépenser son salaire pour des choses inutiles.

    La famille prend trop d’énergie à ses employés. Forces qu’ils feraient mieux d’utiliser pour le plus grand bien des affaires de leur patron.

    Ce n’est pas évident de travailler, d’aller trouver les clients, avoir l’air heureux et l’esprit en paix avec tous ces soucis qui me trottent par la tête…

     

     

    Suite et fin au le prochain numéro.  

     

     *  *  *

     

     

    52

     

     

    Solution devinette de page 1 :  Son passe-porc !  

     

     

     

      _____________________________________________________________________________________________

     

     

    52

     

    Que les nuages ont des noms?   

    Oui, les nuages ont des noms qui décrivent leur forme. Le nom d'un nuage définit aussi à quelle altitude il se trouve et s'il produit des précipitations. Voici quelques noms de nuages:

     

     

    52

     

     

    Que l'ours est un animal dangereux?

    Bien que l'ours a un aspect mignon il compte parmi les animaux les plus dangereux. Il peut tuer d'un coup de patte. Toutefois il n'attaque l'homme uniquement s'il se sent en danger, ou si sa progéniture se trouve en danger. 

     

    Un petit ours polaire demande à sa mère:52

    -   Maman, suis-je un vrai ours polaire?
    -   Nat
    urellement tu est un vrai ours polaire! Ton papa et moi sommes de vrais ours polaires, tu est donc un vrai ours polaire!
    Le petit ours n'est pas très convaincu et pose la même question à son père, celui-ci répond:

    -   Mais oui, tu est un vrai ours polaire… ta maman et moi sommes de vrais ours polaires, donc toi aussi tu est un vrai ours polaire!
    Le petit ours pas rassuré, demande la même chose à son grand-père, celui-ci dit: 

    -   Mais oui, petit nigaud, tu est un vrai ours polaire comme ta grand-maman et moi et tous nos enfants! Pourquoi pose-tu cette question?
    -  
    Parce que j'ai froid
    !

     

    Que l'ours blanc n'est en réalité pas blanc?

    Son poil est clair et sa peau noir! Le poil semble être blanc parce que les poils transparents réfléchissent les rayons de lumière. 

     

     

     

    Trois amis se retrouvaient tous les dix ans pour un repas

    Ils ont 60 ans:

    -   Nous allons manger où?

    -   Au restaurant de l'Ours, il y a une sommelière, une vrai beauté.

    Ils ont 70 ans:

    -   Où allons nous manger?

    -   à l'Ours, on y mange très bien.52

    Ils ont 80 ans:

    -   On va où pour se payer notre gueuleton?

    -   À l'Ours, c'est à plein pied.

    Et quand ils ont 90 ans:

    -   Allons à l'Ours, nous n'y avons encore jamais été!

      _____________________________________________________________________________________________

     

    52

    52

     

     

     

    Été, Soleil, Coups de soleil

    Quels dangers derrière les rayons UV?

    Comment peux-tu te protéger? 

     

    La saison chaude avec le beau temps nous attire beaucoup plus à sortir, nous allons nous promener ou nager. La lumière du soleil hausse l'ambiance et nous fait du bien. Les rayons du soleil sont importants, leurs dangers ne doivent pas être sous-estimés. Nous avons certainement tous déjà subi un coup de soleil. Ce n'est pas seulement désagréable, mais aussi dangereux. Avec chaque bain de soleil intensif le risque de subir un cancer de la peau augmente. Les produits solaires protègent du coup de soleil mais pas du cancer de la peau. Si tu t'en tiens à certaines règles, tu peux profiter en bonne conscience de la lumière solaire. À quoi dois-tu faire attention?

     52

    ●Les surfaces claires telles que celles du métal, les sols clairs, l'eau ou la neige réfléchissent et augmentent les rayons UV (ultraviolets).

    ● Des vêtements tissés serrés dans des couleur vives protègent mieux des rayons UV que les T-shirts légers et aérés.

    ● Un chapeau à large bord ou un fichu protègent ta nuque des rayonnements UV intensifs.

    ● Les lunettes à soleil son plus qu'un accessoire de mode. Lors de l'achat de lunettes à soleil, veille à leurs efficacité de protection contre les UV et aussi sur leur protection contre les réflexions et contre les rayonnements latéraux.

    ● Les crèmes solaires doivent être appliquées de façon répétées afin de maintenir leur protection.

    ● En cas de ciel couvert, jusqu'à 80 % des rayons UV transpercent la couverture nuageuse.

     52

    C'est en été que les rayons UV sont plus intensifs. Nous ne pouvons ni les voir ni les sentir - c'est justement ce qui les rend dangereux.  Souvent nous nous rendons compte trop tard que nous sommes restés trop longtemps au soleil. Même si le ciel est plein de nuages et que nous sommes certains de ne pas rencontrer le moindre rayon de soleil direct, des rayons UV atteignent notre peau. En petite quantité cela n'est pas dangereux, c'est même important pour nous, mais pas si nous leur sommes exposés de manière intensive. Il existe trois sortes de rayon ultraviolets; A, B et C. Les deux premiers peuvent endommager la peau de manière durable, les rayons C n'atteignent même pas la surface de la terre.

    Le soleil nous envoie surtout des rayons B. Ces derniers n'ont pas d'effet sur les couches profondes de la peau, comme le font les rayons A, mais elles ne sont pas sans danger non-plus. D'un côté ils veillent à ce que la vitamine D - si importante - soit activée, ce qui protège notre peau d'un rayonnement solaire trop important. D'autre part ils provoquent le coup de soleil si nous nous exposons trop longuement au soleil.  

    La lumière solaire et les rayons UV sont même sains et importants pour notre corps. Mais que se passe-t-il avec notre peau lorsque nous subissons un coup de soleil? Tout d'abord notre peau se protège par sa pigmentation des rayons de soleil nuisibles. Plus il y a de pigments de peau accumulés, plus la peau est foncée et plus elle est protégée de la lumière solaire.  

    Prévenir est la mesure décisive - et cela signifie en premier de ne pas s'exposer aux rayons solaires intensifs et de préférer de profiter du soleil direct tôt le matin ou tard en fin de journée. Si l'on s'expose au soleil en se protégeant au moyen d'une crème, il est conseillé de s'en appliquer une première couche déjà 30 minutes avant la première exposition et d'utiliser le facteur de protection conseillé pour votre type de peau. Le chiffre te dit combien de temps tu peux rester en plus au soleil sans attraper un coup de soleil, c'est différent d'une peau à l'autre. Reste prudent, les produits de protection ne retienne qu'une partie des rayons UV.

    Une fois de plus, n'exagère pas, profite du soleil avec mesure.

     

    Extraits de  http://www.helles-koepfchen.de/artikel/2652.html traduits par Erwin

     

     

     

      _____________________________________________________________________________________________


    52

     52 

     

     

    Gene Kelly 

    De son vrai nom Eugene Curran Kelly est un acteur, chanteur, danseur, réalisateur et producteur américain. Il est né le 23.08.1912 à Pittsburgh en Pennsylvanie et mort à Los Angeles le 02.02.1996.

    Gene Kelly est le troisième d'une famille de cinq enfants, il eut trois frères et une sœur. Tous furent amenés et introduits par leur mère au monde de la danse. Bien que monté sur scène dès l'âge de huit ans pour des spectacles amateurs, Gene Kelly préférait le sport et souhaitait faire partie de l'équipe de baseball des Pittsburgh Pirates. Il pratiquait par ailleurs le hockey sur glace, la gymnastique, le football américain et la natation. Autant de sports qui l'aidèrent à atteindre un niveau physique et une facilité technique en danse qui le rendirent célèbre. Gene Kelly, ayant surmonté son aversion première pour la danse, se produisit plus tard avec son frère Fred dans plusieurs spectacles en amateur sous le nom des Kelly Brothers.

    En 1932, la famille Kelly au complet entreprit de monter un atelier de danse, The Gene Kelly Studio of the Dance, que Gene Kelly quitta en 1938 lorsqu'il fit ses débuts à Broadway dans la comédie musicale Leave It to Me. Il fut cependant véritablement remarqué dans Pal Joey en 1940, rôle qui lui valut un contrat de David O. Selznick à Hollywood. Selznick n'ayant pas de film à lui faire tourner, la MGM racheta son contrat et Gene Kelly tourna Pour moi et ma mie en 1942 avec Judy Garland. Le succès du film et les critiques positives lui valurent une certaine notoriété.

    En 1944, le studio « prêta » l'acteur à la Columbia pour laquelle il tourna La Reine de Broadway avec Rita Hayworth et assura la chorégraphie des séquences de danse. Le film eut un succès retentissant et marqua le début des années de gloire de la danse au cinéma. Gene Kelly avait su donner un style particulier à ses chorégraphies. Dans son film suivant, Escale à Hollywood avec Frank Sinatra, Gene Kelly fit encore preuve d'innovation dans la chorégraphie qu'il mit en place, notamment dans la scène où on le voit danser avec Jerry la souris en dessins animés. La scène fut rejetée au départ par le studio, mais finalement acceptée et reste à ce jour un modèle du genre. Gene Kelly fut nominé pour l'Oscar du meilleur acteur pour ce film qui fut un grand succès.

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ZUIhu7_Hryg 

    Il est probablement, avec Fred Astaire, la personnalité masculine la plus marquante de la comédie musicale hollywoodienne des années 1950. Il inscrit son nom à plusieurs classiques du genre, tels que Le PirateUn Américain à Paris et Brigadoon de Vincente MinnelliUn jour à New York et Chantons sous la pluie qu'il coréalise avec Stanley DonenLes Girls de George Cukorou ou encore Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy. Il réalise ensuite plusieurs films, dont la comédie musicale Hello Dolly avec Barbra Streisand. Puis, avec le déclin de la comédie musicale, ses prestations se raréfient. Il retrouve son éclat et sa popularité passés dans deux documentaires, That's entertainment Part I et II, à la fin des années 1970.52

    En 1999, il est classé quinzième plus grande légende du cinéma par l'American Film Institute. En outre, Chantons sous la pluie et Un Américain à Paris reviennent régulièrement en tête des classements des plus grandes comédies musicales au cinéma.

    Gene Kelly épousa Betsy Blair en 1941, dont il divorça en1957. Ils eurent ensemble une fille, Kerry. Il épousa en deuxièmes noces Jeannie Coyne, dont il eut deux enfants, Timothy et Bridget. Jeannie mourut d'un cancer en 1973. Il épousa alors Patricia Ward en 1990.

    Il mourut d'une série d'attaques cérébrales en 1996.

     

     

    Tiré de :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Gene_Kelly  

     

     

     _____________________________________________________________________________________________

     

    Prière d'Antoine de Saint-Exupéry 

     

    Seigneur, apprends-moi l’art des petits pas. 


    Je ne demande pas de miracles ni de visions,


    mais je demande la force pour le quotidien ! 


    Rends-moi attentif et inventif pour saisir


    au bon moment les connaissances et expériences


    qui me touchent particulièrement. 


    Affermis mes choix dans la répartition de mon temps. 


    Donne-moi de sentir ce qui est essentiel

    et ce qui est secondaire. 


    Je demande la force, la maîtrise de soi

    et la mesure, que je ne me laisse pas emporter par la vie,


    mais que j’organise avec sagesse le déroulement de la

    journée. 


    Aide-moi à faire face aussi bien que possible


    à l’immédiat et à reconnaître l’heure présente


    comme la plus importante. 


    Donne-moi de reconnaître avec lucidité


    que la vie s’accompagne de difficultés, d’échecs,


    qui sont occasions de croître et de mûrir. 


    Fais de moi un homme capable de rejoindre


    ceux qui gisent au fond. 


    Donne-moi non pas ce que je souhaite,


    mais ce dont j’ai besoin. 


    Apprends-moi l’art des petits pas ! 

     

    Une amie m'a fait parvenir ce texte. Après lecture et relecture je me suis dit Pourquoi pas ? Je ne suis pas systématiquement opposé à toute spiritualité, mais je suis contre l'endoctrinement, d'où qu'il vienne. Cette prière me semble si naturelle et si juste que tout le monde peut y adhérer, pourquoi pas moi ?    

                                                                                                                                                       Erwin    

     

     52

      Le Petit Prince est certainement l'œuvre littéraire la plus connue de Saint Exupéry. Il s'agit d'un conte poétique et philosophique. Chaque chapitre raconte une rencontre du Petit Prince qui laisse ce dernier perplexe devant le comportement absurde des "grandes personnes". Voici quelque citations:

     

    · Les épines, ça ne sert à rien, c'est de la pure méchanceté de la part des fleurs!
    Le Petit Prince (1943) 

     

    52· Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui. Si tu réussis à bien te juger, c'est que tu es un véritable sage.
    Le Petit Prince  

    · Les enfants doivent être très indulgents envers les grandes personnes.    Le Petit Prince   

     

    · Que m'importe que Dieu n'existe pas! Dieu donne à l'homme de la divinité. Carnets

     

    · Dans la vie, il n'y a pas de solutions. Il y a des forces en marche il faut les créer, et les solution suivent.  Vol de nuit 1931

     52

    · L'eau n'est pas nécessaire à la vie, elle est la vie.   Le Petit Prince

     

    · Ce qui sauve, c'est de faire un pas. Encore un pas. C'est toujours le même pas que l'on recommence…

             Terre des hommes 1938

     

    Tiré  de:  http://www.dicocitations.com/auteur/3946/Antoine_de_Saint_Exupery.php  

     

     

     

     

      _____________________________________________________________________________________________

     

     

    5252

     

     

    No 52

    de Christiane

     

     

     

     

     

    52

     

     

     

    Définitions du N° 52

      

    Horizontal

    A. Serpents - 12 mois

    B. Métal léger

    C. Espoir du prisonnier - Article contracté

    D. Sans fin

    E. D'un goût acide

    F. Choses précieuses

    G. Transpiration - Chef-lieu du Puy de Dôme

    H. Protège-tête

    I. Un anglais - Personnage de légende

    J. Demeure - Organisation internationale

     

    Vertical

    1. Bagages - Métal

    2. Rivière d'Asie - Vase

    3. Transformation de l'adolescence - Vis

    4. Exprime un vœu - Note

    5. Hilarité - Abréviation

    6. Pénètres - Face de dé

    7. De la famille. - Plan de secours

    8. Qui manque d'ampleur

    9. Parti politique du Liban - Cale d'un navire

    10. Élimé - pronom personne l 

     

    _____________________________________________________________________________________________

     

    La blague52 

    de l'avant-dernière page

     

    Un pécheur veut pécher en hiver, il creuse un trou dans la glace et met son hameçon à tremper. Alors il entend une voix:

    -   Ici il n'y a pas de poissons!

    Alors le pécheur va un bout plus loin et recreuse un trou. De nouveau il entend la voix:

    -   Ici il n'y a pas de poissons!

    Alors le pécheur regarde le ciel: :

    -   Mon Dieu, est-ce toi?

    -   Non, je suis le concierge de la patinoire artificielle!

     

     

     

     

    52

     

     

    52Mais, pourquoi faire ?

     

    -   C’est un homme d’affaire qui est en

    vacances en Afrique. il voit un pêcheur qui revient avec un poisson, il admire sa prise et lui dit:

    -   C’est le bonheur, tu retournes en chercher? Je viens avec toi, il faut que tu m’expliques comment tu pêches.

    -   Retourner en chercher!… mais pour quoi faire?

    -   Mais parce que tu en auras plus!

    -   Mais pour quoi faire?

    -   Mais, parce que, quand tu en auras plus, tu en revendras!

    -   Mais pour quoi faire?

    -   Parce que quand tu l’auras vendu , tu auras de l’argent!

    -   Mais pour quoi faire?

    -   Comme ça tu pourras t’acheter un petit bateau!

    -   Mais pour quoi faire?

    -   Ben, avec ton petit bateau tu auras plus de poissons!

    -   Mais pour quoi faire?

    -   Eh bien, tu pourras prendre des ouvriers!

    -   Mais pour quoi faire?

    -   Ben, ils travailleront avec toi!52

    -   Mais pour quoi faire?

    -   Comme ça tu deviendras riche!

    -   Mais pour quoi faire?

    -   Comme ça tu pourras te reposer!

    -   Mais…..c’est ce que je vais faire tout de suite…

     

      

     

    ======================================================================== 

     

     

     


  • Commentaires

    1
    HenryCANAAN
    Lundi 13 Février à 10:21

    BONJOUR  ! ! !

    J’ESPÈRE QUE TU VAS BIEN ?

    JE T'ENVOIE QUELQUES POÈMES TU PEUX EN FAIRE CE QUE TU VEUX  ! ! !

    A TOUS NOS ENFANTS ! ! ! 

     

     

    Ressentir, respirer les saisons, avancer,

    C’est comme si toi tu étais la nature !

     

    Tu attends, tu espères malheureux, heureux

    Qu’elle te protège comme dans un cocon,

    Toi qui es si minuscule devant elle

    Tu l’implores pour qu’elle t’aide à grandir.

     

    Parfois des espèces cherchent à s’imposer

    Simplement pour le pouvoir de vouloir régner,

    Sur diversité qui est notre richesse

    Nous apportant tellement un réel bonheur.

     

     

    Nous le voulons tous cet avenir chaleureux

    En créant ce chemin qui sera des plus bons,

    Pour que nos enfants vivent une vie BELLE

    En pouvant avec la nature s’accomplir.

     

    Notre époque cherche à se protéger

    De quoi, de qui, nous empêchant d’évoluer,

    En montrant bassesse, cachant la tendresse

    Pour s’engluer et le projeter le malheur.

     

    Mes soixante ans vont sonner cette année,

    Que nos enfants aient un véritable futur !

     

     

    Henry CANAAN

     

     

    LA TELEVISION EN  « ACTION » ! ! !

     

     

    Le terrible pouvoir de la télévision,

    Qui peut soit vous instruire ou vous rabaisser !

     

     

    Certaines émissions méritent l’attention

    Tandis que d’autres méritent la suppression,

    Vous allez dire : il en faut pour tous les goûts

    Mais se doit-on d’aller vraiment jusqu’au dégoût ?

     

    Ce super grand moyen de communication

    Peut très bien arriver  à nous rendre tous fou,

    Alors que sans excès il serait un bienfait

    En démontrant et apportant une chaleur.

     

     

    Préférer un audimat à la prévention

    Pour accéder à la « Prime » consécration,

    Démontre un manque de respect envers NOUS

    Ces simples clients à qui l’on bourre le mou !

     

    Pourtant nous rouspétons contre les exactions

    Mais nous regardons l’écran sans aucun tabou,

    Allez dites, toi, moi ou nous : Qu’avons-nous fait

    Pour bien souvent accepter ces RUMEURS ? HORREURS !

     

    La « téloche », ce beau moyen d’INFORMATION,

    Se devrait de respecter son intégrité !

     

    Henry CANAAN

     

     

    LA CHASSE ! ! !

     

     

     

    Partir de très bonne humeur à la chasse

    De ce super volatile : la bécasse,

    Je suis revenu avec un super lapin

    Sans avoir tiré un seul véritable coup.

     

    Evidemment cela m’a bien déboussolé

    Moi qui pensais être sûr de mon adresse,

    Vrai je suis rentré la queue entre les jambes

    Mais j’ai quand même vu de belles étoiles.

     

    Pas évident de partir à l’aventure,

    Suffit pas d’être bien armé pour assurer !

     

    Faire attention que l’humeur ne trépasse

    En entendant certains copains qui jacassent,

    Sur ton caractère absolument chagrin

    Pour ton attente, qui n’en valait pas le coup.

     

    Ce n’est pas cela qui va me décourager

    A poursuivre ma quête de ces espèces,

    Qui s’agitent, portant des couleurs qui flambent

    Pour pouvoir m’attirer dans leurs belles toiles.

     

    L’envie comme la vie peuvent être dures,

    Mais un chasseur doit toujours pouvoir s’en tirer !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :