• 46

     

    46

     

     

    46

    46

     

    Pourquoi pas ?"

    16 ans, 46 numéros !

     


    Déjà le début de la dix-septième année de notre Bulletin, le quarante-sixième numéro ! Jamais je n'ai osé imaginer que cette aventure durerai aussi longtemps…

    Soyons donc optimiste et souhaitons lui bonne et intéressante continuation à notre "Pourquoi pas ?" !

     

    Bonne année à toi aussi, chère lectrice, cher lecteur, c'est grâce à toi que tout cela est possible, merci !  

     

    ----------------------------------------------------------

     

    46

    46

     

    Humour de fin d'année

     

    Cher Dieu, je serai bref.

    Cette année, tu m'as pris ma chanteuse préférée, Donna Summer  

    Tu m'as pris mon acteur préféré, Pierre Mondy 

    Mon réalisateur préféré Claude Pinoteau  

    Et finalement mon sportif préféré, Charly Hertig.

    Je désire simplement te rappeler que mon politicien préféré est Oskar Freysinger

     

     

    Nous sommes fin décembre et le juge du tribunal correctionnel est de bonne humeur. Il demande au prisonnier : 
    - Quelles sont les faits qui vous sont reprochés ? 
    - On me reproche d'avoir fait mes achats de Noël trop tôt ! 
    - Mais ce n'est pas un crime ça. Et comment ça, trop
    tôt ?
    - Ben, avant que le magasin n'ouvre…

     

     

    Que dit un sapin de Noël qui arrive en retard le soir du réveillon ?
    Je vais encore me faire enguirlander   
     

     

     

    -----------------------------------------------------

     

    46

    Revue de presse insolite 

     4626.3.98

     

    Les hollandais peuvent, pour la première fois, s'abonner à un "Quotidien sans nouvelles". Toutes les 16 pages sont vides. L'abonnement coûte 1,95 Florins par jour. L'édition du samedi est un peu plus cher à cause du supplément, de fin de semaine, qui est également vide.

    Son journal s'adresse aux adversaires du "stress informatique", dit monsieur Bossmann, éditeur et rédacteur en chef. Il prétend que plus personne ne pouvait venir à bout de l'actuel marée d'informations. Jusqu'à présent il a recruté cinq abonnés. Deux autres ont également commandé mon "Journal sans nouvelles", qui paraîtra dorénavant chaque mercredi, a-t-il ajouté.

    Faut le faire…

       —————————————————— 

     

     

         4617.09.2012

     

    Une femme en fauteuil roulant, âgée de 39 ans, n'a pas pu accéder au tribunal de Briey (Meurthe-et-Moselle), faute de rampe d'accès pour les handicapés, obligeant un juge aux affaires familiales à tenir l'audience dans la rue, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

    Jeanine Mujic était convoquée la semaine dernière au palais de justice, à propos d'un litige relatif à une garde d'enfants, pour une audience devant la chambre du conseil qui se déroule normalement à huis clos.

    46

    "J'étais déjà venue il y a deux ans et je savais qu'il n'y avait pas de rampe d'accès. Mais, à l'époque, on m'avait portée", a expliqué à l'AFP la mère de famille.

    "Cette fois, le vigile n'a pas pu le faire car il avait mal au dos. La greffière a essayé de me faire passer par le garage, mais il y a également des marches que je ne peux pas franchir", a-t-elle poursuivi.

    Faute d'être couverts par une responsabilité civile, les personnels du tribunal n'ont pas non plus pu aider la justiciable à monter les marches du parvis, a raconté à l'AFP Me Jean-Marie Tissot, l'avocat de Mme Mujic,

    Le juge aux affaires familiales a alors proposé que l'audience se déroule dans la rue, devant le palais de justice, en présence des parties et des avocats."Les pompiers ont été appelés, mais ils ont refusé de venir car ils ont estimé qu'il n'y avait pas d'urgence", a encore dit l'avocat.

    "Les voitures passaient, les gens venaient sur le parvis fumer leurs cigarettes, c'est aberrant", a déploré Mme Mujic, qui affirme n'avoir jamais connu telle situation dans sa vie quotidienne en fauteuil roulant.

    La cour d'appel de Nancy, qui gère le patrimoine immobilier judiciaire de la région, n'était pas joignable dans l'après-midi. 

    Vivement que l'handicapé soit un être humain comme les autres !  

    ———————————————————————-

    46

     

     46

     

     

    21.06.2012

     

    Respecter les places de parc pour handicapés.

    Vu dans une station d'essence TOTAL du Free State, entre Durban et Johannesburg: un emplacement handicapé "réservé" avec humour :

    STUPIDITÉ

    N'EST  PAS  UN 

                                       HANDICAP !

    Comme c'est bien dit !  

     

     ---------------------------------------------------------------------------------


    46

     

     Sport handicap 

     

     

      ---------------------------------------------------------------------------------

     

     

     

    Préjugés, et Malentendus Mensonges et Légendes 

    Extraits de „Nouveau Lexique d‘erreurs populaires“ de Krämer et Trenkler   

    (traduction Erwin, images d'Internet)

     

     

    L'opium vient d'Asie

     

    46Quelques-un des plus grands plantations d'opium de notre planète se trouvent tout près de nous, sur la rive gauche du Rhin, chez nos voisins français. Dans de grands champs entre la Sololgne, Tourraine et de la  Champagne poussent, fleurissent et prospèrent probablement plus de plantes du genre Papaver somniferum - le pavot, dont on extrait l'opium - que dans bien d'autres pays de cette terre, qui pourtant sont généralement considérés comme centres principaux du commerce d'opium. 

    Opium est la matière première pour les drogues (morphine), légaux ou illégaux. De par le monde, on utilise à des fins légaux, environs 700 tonnes d'opium par année dont une grande partie provient des plantations français, bien que l'on n'en trouve mention de ces champs dans aucun guide de voyage (il est compréhensible que nos voisins n'aiment pas trop parler de ce produit agricole). Un autre voisin de l'Allemagne qui gagne beaucoup d'agent avec l'opium, est la Tchéquie.  

     

    L'Orient Express s'arrête à Istanboul 

    46

    Le célèbre Orient Express du Belge Georges Nage lmackers (qui avait aussi inventé les wagons-lits et qui avait fondé la société internationale des wagons-lits), 46n'a jamais été jusqu'à Istamboul. Il a toujours fait le parcours de Paris, Gare de  l'Est par Strassburg, Stuttgart, München, Wien, Budapest et Bucarest jusqu'à Varna en Roumanie, au bord de la mer noir, et de là le voyage continuait sur l'eau.     

     

    La mer morte est la surface d'eau

    la plus salée du mode 

     

    46Le lac Assal dans la république africaine de Djibouti, est la surface d'eau la plus salée du monde, ancien territoire français d'Afar ind Issar. Sa teneur en sel de 34,8% est près de dix fois plus que celle des océans et quatre points plus haute que celle de la mer morte.  

    Le lac Assal couvre 54 km(près du double de la mer Steinhuder, en Allemagne) et se situe 174 mètres en dessous du niveau de la mer. Il est surtout approvisionné par des sources souterraines, qui de leur côté tirent leur eau de l'océan indien, assez proche. Sa haute tenue en sel provient surtout de l'évaporation de l'eau de l'océan sur le parcours de l'océan au lac. Bien que découvert il y a de cela plus de 100 ans par des européens, cet "unique miracle de la nature" est, aujourd'hui encore, presque inconnu. 

     

     

    Les saucisses de Vienne viennent en réalité de Francfort 

     

    46

    Une autre erreur, qui était la notre aussi jusqu'il y a peu de temps. Car à Vienne les saucisses de Vienne s'appellent des "Francforts", non pas pour indiquer la vraie provenance de ce produit carné, (ces saucisses ont effectivement été inventées à Vienne), mais en l'honneur du Boucher du nom de Frankfurter qui les a mis en vente en premier.  

      ---------------------------------------------------------------------------------

     

    46 46

     Le mal de tête

     

    S'il est une chose dont nous avons tous souffert un jour ou l'autre c'est bien le mal de tête.

    Un antidouleur, genre Aspirine, nous a guéri, croyons-nous… En réalité les antidouleurs ne guérissent pas, ils refoulent la douleur, ils la camouflent, mais les raisons de la douleur ne sont pas supprimés.

    La douleur est un signal d'alarme pour nous dire qu'il y a quelque chose qui cloche. On parle d'un mal à la tête primaire (autonome) quand c'est en soi-même une maladie, d'un mal de tête secondaire, lorsqu'il s'agit de la suite d'une autre maladie.

    Sous les formes primaires il y a la migraine, les douleurs de tension, le mal de tête clusters headaches (algie vasculaire de la face) et le mal de tête sans lésions structurelles (occasionné par exemple par le froid, la toux ou de gros efforts.

    Le mal de tête secondaire (en tant que symptôme donc symptomatique) est un mal de tête qui survient suite à une autre maladie ou blessure, après un traumatisme crânien (chute ou coup sur la tête, haute tension artérielle, infection, consommation d'alcool, maladie dans la région du crâne, nuque, yeux, oreilles, nez, dents etc).  

    Le mal de tête ne signifie donc pas forcément que quelque chose va mal dans la tête, la source de cette douleur peut se trouver n'importe où dans le corps.

    46Souvent il suffit de réduire un peu notre stress pour vivre sans mal de tête.

                                                                   Erwin  

      ---------------------------------------------------------------------------------

     

     

    46

    46

     

     

     

     

     

    Thierry Roland

     

    était une voix légendaire du football à la télévision. C'est un accident vasculaire cérébral, AVC, qui l'a emporté le 16 juin 2012 à l’âge de 74 ans.

    Il est né d'un père français, bijoutier à Paris, qui meurt alors qu'il n'avait pas dix ans et d'une mère russe, née à Saint-Pétersbourg. Adolescent, il passe une partie de sa scolarité dans un collège anglais.

    À dix-huit ans, il est engagé à la radio par Georges Briquet. Il commence alors sa carrière au service des sports de la RTF, puis de l'ORTF et c'est Raymond Marcillac, créateur du premier service des sports à la télévision française, qui le fait passer devant les caméras.

    Il commente sa première Coupe du monde de football en 1962 au Chili. Il est ensuite victime des licenciements effectués sur la radio-télévision publique après les évènements de mai 68. Il rejoint alors France Inter (1969-1975), puis revient à la télévision sur Antenne 2 (1975-1984). 

    Outre le football, Thierry Roland fut également commentateur pour certaines compétitions d'athlétisme, de boxe et a couvert plusieurs Jeux olympiques depuis 1960.

    Véritable passionné, Thierry Roland était un incontournable du foot. A l’antenne depuis 1960, il a commenté 1300 matches, couvert 13 Coupes du monde et 9 Euros, qui dit mieux ? 

    Il était aussi réputé pour ses coups de gueule, ses expressions parfois un peu gaillardes et malheureusement souvent racistes.

    En 1986, lors du quart de finale du Mondial entre l'Angleterre et l'Argentine, il s'offusque du but de la main accordé à Maradona et prend à témoin Jean-Michel Larqué: «Honnêtement, Jean-Michel, ne croyez-vous pas qu'il y a autre chose qu'un arbitre tunisien pour arbitrer un match de cette importance?». La phrase fait scandale et ses propos sont qualifiés de «racistes». Il s'en excusera ensuite auprès de la Tunisie et de l'arbitre, se défendant d'être xénophobe.

     

    Erwin, d'après divers extraits d'Internet 

     

    ---------------------------------------------------------------------------------

     

     

         Quand est-on vieux... ?46

     

                      Quand est-on vieille... ?  

     

     

     

    Je me pose la question… à mon âge est-on vieux ? J'ai 82 ans et je ne parviens pas à me sentir vieux.

     

    46Depuis 23 ans, suite à l'hémorragie cérébrale qui m'avait arraché au monde du travail, je marche péniblement avec mon déambulateur. Je porte des lunettes depuis ma plus jeune enfance, je n'ai plus aucune dent à moi depuis trois ans et j'ai un appareil auditif depuis une année.

     

    Mais dans ma tête je ne me sens pas croulant du tout. J'ai toujours envie de jouer des tours plus ou moins tordus…

     

    Après ma grande casse j'ai pensé, bon pour moi le train s'arrête ici, c'est le terminus. Eh bien non, il a continué de rouler et il roule toujours le train de ma vie… J'ai découvert l'ordinateur et avec lui le monde d'Internet ce qui m'a permis d'éditer le "Pourquoi pas ?" et ce fut une résurrection avant l'heure !

     

    46

     

    Ça fait 16 ans que je l'édite dans un esprit que je crois pas trop vieillot… J'ai un blog sur la grande toile:

     

     http://yadlajoie.eklablog.com/accueil-c370221  

     

    Alors, n'y a-t 'il pas de quoi que je me pose la question:

     

    "Quand serais-je vieux" ? 

     

    Erwin

     ---------------------------------------------------------------------------------

     

    46

     

     

     

     

     

     

    (Suite)

     

    La venue de l'infanterie russe

     

    Quelques jours plus tard, contre le soir, quelques officiers Russes arrivèrent au domaine et demandaient à parler à l'administrateur du domaine, comme ce dernier avait quitté la domaine depuis plusieurs jours déjà, avec tout le bétail et presque tous les chevaux, je demandais aux officier quel étaient leurs désirs. Ils exigeaient l'hébergement de 3000 hommes d'infanterie.

    Quand je leur ai montré tous les lieux, les premières troupes arrivaient à pied et installèrent immédiatement la cuisine de campagne dans la cour du domaine pour y faire46 le repas pour les hommes affamés. Entre temps d'autre officiers étaient arrivés, ils choisirent le château pour s'y loger, eux et une partie de leurs hommes. Mon appartement avait immédiatement été choisi pour servir de bureaux et j'ai été obligé de me loger au château, où je réintégrais mon ancienne chambre. J'étais contraint de voir comment les soldats, morts de fatigue, envahissaient les nombreuses chambres d'amis des étages supérieures du château. En peu de temps toutes les chambres du château et leur mobilier était saccagés. Sur les meubles en bois précieux on pouvait voir des gamelles avec leur contenu brûlant, plus loin, un soldat utilisait une magnifique chaise comme aide pour enlever ses bottes. Des draps étaient déchirés pour en faire des bandages pour les pieds. On pouvait voir des soldats fatigués, dans leurs uniformes pleins de poussière et avec leurs bottes sales, étendus sur les lits luxueux au bois polis. Les tapisseries coûteuses étaient abimées par les fusils qui y étaient adossés etc., etc.

    Le lendemain de l'arrivée des troupes, l'adjudant du général commandant me faisait le reproche qu'il y avait de l'alcool dans les caves du château, car les soldats d'une compagnie était complètement ivre ce matin, que je devais immédiatement faire le nécessaire pour que cet alcool disparaisse. Je lui ai répondu que cela ne m'était pas possible, que je n'avais ni du personnel ni des véhicules pour le faire et je lui conseillais de mettre une garde devant la cave. Après-coup on avait appris que c'est le brave gardien de nuit qui avait dit aux soldats qu'à la cave il y avait beaucoup d'alcools et de liqueurs.

    Les soldats assoiffés étaient suffisamment inventifs pour trouver des moyens d'approcher ces gouttes tant désirées, malgré les fortes grilles en fer qui se trouvaient devant la fenêtre. Ils déformèrent une pelle de manière à ce qu'elle permette de chercher les bouteilles qui se trouvaient à droite et gauche de la fenêtre grillagée. Un tas considérable de débris de bouteilles témoignait que cette opération ne réussissait pas à tous les coups.

    Quand le soir j'ai fait le tour du château j'ai trouvé devant chaque fenêtre de cave un soldat de garde avec baïonnette au fusil. Mais le lendemain j'ai constaté qu'on avait volé encore plus de bouteilles que la veille, on les avait péchées sous bonne garde !

    L'adjudant sortit de ses gonds et m'apostropha à qui mieux-mieux! Alors j'ai eu l'idée de barricader toutes les fenêtres des caves depuis l'intérieur avec de fortes planches. Un menuisier a effectué le travail, le résultat était brillant, plus une bouteille ne disparaissait.

    Lors d'un repas au château le général m'a fait cette remarque: vous êtes étranger, vous parlez le russe avec un fort accent, sur quoi je lui ai dit que j'étais Suisse. Tiens, tiens, me disait alors le général de divisions, vous êtes Suisse,  mais ça n'existe pas, des Suisses proprement dit, de quel canton êtes vous ?  J'ai répondu "Je suis bernois". Tiens, tiens, mais ça ne veut rien dire, de quel partie du canton êtes vous ? Sur quoi je lui ai dit de L. et lui de me répondre: vous êtes donc un Allemand, car, voyez-vous, je connais très bien la Suisse, dans le temps j'allais chaque année en Suisse, il y a des Allemands, des Français, des Italiens et des Romanches. Beaucoup plus tard, quand j'ai été en Suisse j'ai constaté que cet homme n'avait pas tout à fait tort quand il disait qu'il n'existait pas de Suisses.

    Vu que les troupes avaient établi des tranchées tout autour du château et de ses dépendances, j'ai demandé à l'adjudant si je pouvais quand-même vaquer à mon travail, que je ne pouvais pas aller dans la forêt sans traverser ces fortifications. A quoi il m'avait répondu que je pouvais y aller sans autre, qu'il leur avait fait construire ces tranchées uniquement pour qu'ils ne restent pas à rien faire et qu'ils aient marre de la guerre !

    Un jour à midi il y a eu alerte, haut dans le ciel un avion allemand tournait en rond. Malgré le bon camouflage les occupants de l'avion avaient découvert les troupes.46

    Comme elles étaient arrivées, elles avaient disparues, d'une vitesse surprenante! Après leur départ j'avais fait un tour de reconnaissance à travers tout le domaine. J'ai fait des constatations ahurissantes! Près du portail d'entrée j'avais découvert deux caisses de munitions pour mitrailleuses, non pas des caisses vidfes, mais pleines! Dans la rivière j'avais treouvé tout plein de munitions d'infanterie, dans les locux qui leur avaient servi de cantonnement il y avait dans tous les coins de la munition, dfes haches, des tentes, des scies etc, etc. Je ne voulais pas laisser traîner tous ces objets, car il était possible que d'autres treoupes arrivent et qu'elles nous accusent d'avoir volé tout ça. J'ai donc prié plusieurs hommes et femmes âgés de ramasser tout ce fourbi. Le résultat était énorme, deux grands chars étaient remplis. Je les ai fait atteler de deux chevaux chacun et suivre les troupes, avec ordre de leur remettre toutes ces choses qu'elles avaient "oubliées" sur le domaine. On n'a jamais revu, ni les chars, ni les hommes ni les chevaux.

    Il est à remarquer que les russes n'avaient pour 3'000 hommes que deux fusils mitrailleurs et qu'ils sont repartis avec la munition pour une seule de ses deux armes!

    Avant le départ des troupes j'avais obsservé qu'un soldat était en train de mettre dans des sacs à pommes-de-terre le harnachement des poneys qui coûtaient très cher. Quand je lui ai demandé ce qu'il faisait, il m'a simplement dit qu'il agissait selon les ordres qu'on lui avait donné, cet ordre il ne pouvait pas  me préciser qui le lui avait donné, c'était sûrement lui-même!

    Dans la nuit, après le départ des troupes nous avons commedncé à emballer dans des caisses ce qui restait comme bouteilles de vin à la cave, Il en restait environs 7 à 800, nous voulions les mettre à l'abri, si janais d'autres troupes allaient s'arrêter ici.

    À midi, j'étais en train de dîner quand j'entendis un bruit sourd, qui diable pouvait produire ce vacarme? Plus personne nétait sensé se trouver sur la propriété... Dans les couloirs du château je rencontrais le serviteur Johann, lui aussi se posait des questions au sujet de ce bruit.

    Je sortais du château et descendais la rampe d'accès, pour aller de l'autre côté du château. Dès que j'avais contourné l'angle de la maison, une image bien curieuse se présentait à mes yeux. Devant la fenêtre de la cave à vins se tenaient environs 10 à 12 soldats, quatre autres étaient en train de défoncer la fenêtre de la cave au moyen d'un poteau téléphonique. Quelques coups de bélier plus tard, la barricade de la cave cédait. Et maintenant is tordaient les barres de la grille en fer afin de pratiquer une ouverture permettant à un homme de passer à l'intérieur der la cave. Un soldat armé semblait fonctionner comme garde. Je demandais à ces gens qu'est-ce que cela voulait dire et ils me répondirent que je le voyais bien. Je faisais remarquer que seul des voleurs se comportaient ainsi, ce qui eut pour effet que la garde tournait so0n arme vers moi en disant à ses vcomplices : "laissez moi faire, je vais le descendre".

    Comme je n'avais aucune envie de disparaître de cette manière peu glorieuse, je fis demi-tour pour échapper à leurs yeux et je contournais l'angle du château. Par une fenêtre je pouvais en suite observer ce qui se passait. Deux des soldats tenaient un sac à pommes de terre vide et y entassaient les bouteilles de vin que les complices leur passaient par la fenêtre de la cave. Il ne s'agissait pas uniquement de bouteilles de vin, parmis leur butin il y avait également des bouteilles de liqueurs fines. Comme le verre de ces bouteilles était moins solide elles se cassaient plus facilement, aussi un petit lac de liqueurs se formait sous le sac à patates.

    Quand les cambrioleurs avaient rempli le sac, ils prirent la poudre d'escampette et disparaissaient dans l'ancien parc.

    Les policiers de l'armée étaient partis le matin, de sorte que le domaine était de nouveau livré sans défense aux voleurs.

    À part mon propre cheval, il y avait encore les deux poneys de la princesse, et un étalon ainsi que trois chevaux plus âgés dans l'écurie à chevaux, c'est le fils du cocher qui a 11 ans qui s'en occupait pendant que son père était au service militaire.

    Un jour, le serviteur m'a fait savoir que des soldats étaient arrivés sur le domaine pour réquisitionner des chevaux. Je me suis rendu vers la ferme et je constatais que laréquisition avait déjà eu lieu. J'arrêtais le groupe de six soldats, tous sous-officiers, dans des uniformes flambantes neuves et je leur demandai où se trouvait l'officier, que de simples soldats n'étaient pas habilités à procèder à des réquisitions et qu'ils devaient présenter des papiers de réquisition, sans quoi tout cela n'était pas légal. Alors un des six soldats soirtit de la poche de sa vareuse un petit carnet bleu et écrivit sur une des pages vides, d'une écriture épouventable: "La Banque d'État s'engage de payer sur présentation de ce billet, deux chevaux".

    Après avoir été obligé d'accepter cette bafouille j'ai dû laisser partir ces gens. Ils étaient arrivés sur notre domaine avec un véhicule, lui aussi "réquisitionné" et ils reparaient avec nos deux chevaux "réeuisitionnés" attachés à l'arrière du char. 

     

    La suite dans le prochain numéro

    Images d'internet, sans rapport direct avec le récit de mon papa.

     ---------------------------------------------------------------------------------

     

     

    46

     

    de la vieillesse tiré d'Internet

     

    "Tu n'arrêtes pas de rire parce que tu vieillis, mais tu vieillis parce que tu arrêtes de rire."

    Anonyme 

     

    "Ne prenez pas ce monde trop au sérieux. Vous ne vous en sortirez comme que comme pas vivant."

    Anonyme  

     

    "Le plus grand malheur de la jeunesse actuelle consiste en ce de ne plus en faire partie."

    Salvatore Dali  

     

    "On est vieux quand on a plus de plaisir au passé qu'à l'avenir."

    - John Knittel, écrivain suisse, 1891-1970  

    ---------------------------------------------------------------------------------

    46

     

    Que les Hommes peuvent lire une plus petite écriture imprimée que les Femmes, par contre les Femmes entendent mieux.  

    Que c'est une coutume vieille de 4000 ans, à Babylone, qui voulait que pendant le mois qui suivait un mariage, le père de la mariée devait offrir à boire à son beau-fils autant de bière à base de miel qu'il pouvait boire, et comme le calendrier était basé sur les cycles lunaires, cette période était appelée le mois du miel, et d'où, de nos jours la Lune de Miel !

    Que l’Afrique du Sud a officiellement trois capitales: Pretoria, la capitale administrative; Le Cap, capitale législative et Bloemfontein, capitale judiciaire.      

    Qu'en France, 40'000 personnes de plus de  65 ans se fracturent chaque année le col du fémur.  

    Que selon la constitution de la Norvège, plus de la moitié des membres du gouvernement doivent professer la religion évangélique luthérienne.    

    Que le corps humain contient 5 à 6 litres de sang et un don de sang ne représente que 450ml.

    Qu'en 2012, seuls Cuba et la Corée du Nord interdisent la vente de Coca-Cola.    

    Que le projet Atlantropa, présenté pour la première fois le 1.mars 1928 par l’architecte allemand Hermann Sörgel, prévoyait de fermer la Méditerranée par un immense barrage au niveau du détroit de Gibraltar.  

    Que l’huile de palme est aujourd’hui l’huile végétale la plus consommée dans le monde, du fait de son moindre coût, malgré son très mauvais impact sur l’environnement et la santé des consommateurs.

    Que le fondeur ougandais aveugle Tofiri Kibuuka fut le premier Africain aux Jeux paralympiques d’hiver, et le seul représentant à ce jour d’un pays tropical à ces Jeux.

    Que la tartiflette est un gratin de pommes de terre, de lardons, d’oignons et de reblochon, originaire de la Savoie, et dont la recette date des années 1980.

    Que Christophe Colomb n’est pas le premier Européen à avoir exploré l’Amérique : il a été précédé par les Vikings, qui ont découvert une terre appelée par eux "Vinland".   

    ---------------------------------------------------------------------------------

     

    46Est-elle toujours la meilleure ?  

     

     

    Il fut un temps ou Migros suivait une certaine ligne de conduite qui la rendait sympathique à bien du monde, dont moi-même. Petit à petit cette ligne de conduite, instaurée par le fondateur Gottlieb Duttweiler, est devenue plus élastique.

    Quand j'ai vu les 4 pages de couverture du Migros Magazine munis de la publicité d'une grande marque de produits de beauté (L'Oreal pour ne pas la nommer) la crème - de beauté - m'est montée au nez… Fallait-il vraiment offrir une pareille plate-forme publicitaire à ceux qu'elle combattait avant ?  

    Migros avait combattu dès le début les prix surfaits des produis courants utilisés par tout le monde.

    Aujourd'hui Migros est presque devenu un détaillant comme les autres. Depuis qu'elle a racheté Denner elle a même franchi la ligne de conduite qu'elle s'était fixée, de ne pas vendre d'alcool ni des cigarettes ou du tabac. Adèle et Gottlieb Duttweiler doivent se retourner dans leur tombe…

    Migros n'est plus leader des prix les plus bas. Plus que jamais il faut bien comparer avant d'acheter.

    46Les autres grands distribut-eurs se sont petit à petit alignés aux prix Migros et les choses se sont encore corsées depuis la venue en Suisse des discounters Aldi et Lidl. C'est est très bien ainsi et Migros risque peut-être moins de  devenir un Magasin comme les autres. 

    Ce qu'il faut toutefois laisser à Migros c'est que c'est grâce à elle que tous les autres distributeurs ont dû freiner leurs appétits de superbénéfices !  Et elle a encore du pain sur la planche, si on compare certains prix avec ceux pratiqués dans les pays voisins !

                                                           Erwin    

     ---------------------------------------------------------------------------------

     

     


    46

    46

     

                        

     

     

     Aubergines Imam bayildi

    Pour 4 personnes :

    8 aubergines

                         250g d'oignons

                            1 gousse d'ail

                            4 c.à.s. d'huile

                         500g de tomates

                          Noix de muscade

                             Sel et poivre 

     

    1) Pèle et hache les oignons et l'ail. Fais blondir ce hachis à la poêle dans la moitié de l'huile chaude. 

    2) Plonge les tomates quelques secondes dans de l'eau bouillante, puis pèle-les, ouvre-les, épépines-les et concasse-les grossièrement. 

    3) Ajoute-les au hachis d'oignon, sale, poivre, râpe un soupçon de noix de muscade; mélange le tout. Laisse mijoter 10 minutes sur feu doux. 

    4) Lave et essuie les aubergines, retire les queues, ne les pèle pas, . Plonge-les 5 minutes dans une casserole d'eau bouillante. 

    5) Égoutte-les, fends-les en deux dans la longueur, mais sans séparer complètement les deux moitiés. Fourre-les avec la moitié de la sauce. 

    6) Fais chauffer le reste d'huile dans une cocotte. Ranges-y les aubergines côté à côté. Recouvre-les avec le reste de sauce. Couvre la cocotte et laisse mijoter 1 heure sur feux doux.  

     

    La légende veut que ce plat ait été préparé en Turquie pour un imam qui, le trouvant si bon, se serait évanoui de délices en le goûtant… d'où son nom qui en turc veut dire imam évanoui !    

     

    46

    ---------------------------------------------------------------------------------

     

                                                                                                              46    

    46              
     
     

     

    d'Erwin (exception-nellement)

     

    N° 46

                                                                       

     

     

    46

     

     

     

    Définitions du N° 46

     

     

    Horizontal

    A. Localité portuaire lémanique (en deux mots)

    B. Érodés - Mammifère à longues oreilles

    C. Parti politique suisse UDC, en allemand

    D. Approvisionnement des armes

    E. Mesure chinoise - venues sur terre

    F. Sert à noircir du papier - période

    G. Aussi nommé cloître

    H. Quand il est nouveau on félicite - ruisselet - aperçu

    I. Celles de Schubert son célèbres

    J. Cocotier

     

    Vertical

    1. Pronom personnel - Lac franco-suisse

    2. Préposition - poussière suisse-romande

    3. Ravissant - Tour canadienne - élément chimique

    4. Nous en avons 224 - Compositeur d'un boléro

    5. Prénom féminin - machine virtuelle

    6. Immense - trois roumain

    7. Désire - département français

    8. Défatiguer - suffixe verbal

    9. Songes

    10. Natte - Commune du Vexin français

    ---------------------------------------------------------------------------------

                                                                                                      Solution du N° 45

    4646

      

     

     

     

     

     

     

     

    Dans un foyer pour seniors, deux hommes âgés sont assis sur un banc.

    L'un d'eux se tourne vers l'autre et dit :

    -   Jos, j'ai 83 ans, j'ai mal partout et j'ai des difficultés à marcher.. Je sais que tu as mon âge. Comment vas-tu ? 

    46

    -   Je me sens comme un nouveau-né !

    -   Vraiment, comme un nouveau-né ?

    -   Oui, pas de cheveux, pas de dents et des couches culottes ... !

     

     

     

     

    46

     

    Entrons allègrement dans la nouvelle année ! 

     

     

     

     

     ======================================================================

     

    En dessous de chaque bulletin tu as la possibilité de donner ton commentaire, ne t'en prive et ne nous en prive pas, clique sur "commentaires" et tu peux y aller.

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 8 Février 2013 à 10:27

    bonjour Erwin....

    voila bien longtemps , je n'étais venue te voir .....tu vas me dire lorsqu'on veut on peut toujours ,c'est vrai .....mais j'ai négligé beaucoup de personnes , j'ai passé beaucoup de temps auprès de ma mère qui était gravement malade , je faisais de courtes apparitions chez moi dans le Nord puis je repartais en Normandie pour selon 3 ou 4  semaines , voila plusieurs mois que c'est comme ça mais , cette fois -ci je suis chez moi pour 2 mois , enfin, il y en a déjà un de passer , dire que le temps passe très vite ....puis je repars en mars pour un temps ....indéterminé chez ma mère ,pour l'instant elle est seule mais une aide à la personne vient 2 fois par semaine , ce n'est pas suffisant , mais tout coute tellement cher que ce n'est pas possible de faire plus , voila la raison pour laquelle je dois retourner en Normandie .......

    je viens de lire une sacrée page de journal , la ou j'ai mis plus de temps , c'est le journal vide d'autant que le week-end il est encore plus long à lire mais bon je suis arrivée jusqu'au bout .....et oui le temps passe très vite , déjà le mois de février qui plus est plus court que les autres , l'année va encore une fois s'écouler bien vite .....

    j'espère que tu vas bien mon ami et que tu n'as pas trop de neige ...ce matin je me suis levée avec le coeur léger , pour mon bonheur il a neigé dans la nuit , super , j'adore ce temps mais ça commence à dégeler , pas grave de la neige est annoncée pour le week-end , alors je pourrais aller faire une bonne balade et refaire de belles photos ....puis viendra le printemps ......que vois-tu derrière tes fenêtres??? dis moi...!! 

    allez ,je te souhaite une bonne journée 

    à bientôt 

    bises 

    ghislaine

    2
    Vendredi 8 Février 2013 à 10:38

    Merci Ghislaine pour ton commentaire. Tu est ici sur le blog de mon bulletin "Pourquoi pas ?" en principe c'est pour les commentaires concernant ce bulletin... Mon blog pour d'autres trucs, c'est ici : http://yadlajoie.eklablog.com/accueil-c370221

    Am itiés

    Erwin 

       

    3
    Lundi 6 Janvier 2014 à 21:28

    Hello Erwin
    pauvre serpent
    lui aussi il a du avoir la peur de sa vie
    on n'en parle pas?
    blague à part, j'imagine si cela est vrai
    que cette femme évitera le vin de serpent.
    bonne nuitée
    y.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :